Haïti a désormais le nombre d’enlèvements par habitant le plus élevé au monde

24

Les gangs ne sont pas uniques à Haïti. D’autres pays d’Amérique latine et des Caraïbes sont confrontés à des problèmes similaires avec les groupes armés. Mais le dysfonctionnement politique en Haïti, aggravé par des décennies d’ingérence extérieure, leur a permis de se développer.

Les médias sociaux ont également contribué à propulser les gangs. Ils utilisent souvent des flux en direct sur Facebook pour augmenter le nombre de leurs adeptes, dont certains ont confié au New Humanitarian qu’ils étaient attirés par les vêtements voyants que portent souvent les membres des gangs. Une chanson de rap sur la culture des gangs en Haïti demande à quoi ressemblera la prochaine génération d’Haïtiens dans 25 ans. Un autre vidéoclip met en scène un groupe d’hommes masqués et armés qui rappent sur “Izo 5 segonn” ou “Izo 5 secondes”, le gang qui règne sur le Village de Dieu, un quartier anarchique de Port-au-Prince.

La violence des gangs a déplacé quelque 19 000 personnes depuis le début du mois de juin 2021. Elle a parfois entraîné la fermeture de la principale route reliant la capitale à la péninsule du sud – une région encore sous le choc d’un tremblement de terre de magnitude 7,2 qui a fait quelque 2 200 morts en août, ainsi que de l’ouragan Matthew qui a tué des centaines de personnes et causé des dégâts considérables en 2016.

Haïti a désormais le nombre d’enlèvements par habitant le plus élevé au monde. L’année dernière, il y en a eu 950, dont un groupe de missionnaires américains et canadiens enlevés par le gang des 400 Mawozo, qui a exigé une rançon de 17 millions de dollars. Tous les missionnaires sont maintenant libres.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)