Haïti-Santé: ce qu’il faut savoir sur le zona

59

Quoiqu’endémique au pays, le zona n’est pas pour autant une maladie bien connue en Haïti même en 2021.

Le zona est une maladie virale, donnée par le virus varicelle – zoster ( vzv ) qui pénètre dans les voies aériennes supérieures, tombe dans le sang pour ensuite rejoindre son organe cible étant la peau. Il se manifeste chez toutes personnes déjà atteintes de la  varicelle dans leur plus jeune âge.

Le zona provoque sur n’importe quelle partie du corps l’apparition d’éruptions cutannées ( rougeurs douloureuses ) pouvant prendre la forme de cloques ( globe d’eau) à l’intérieur des rougeurs .

Variétés de zona

Il existe trois grandes variétés de zona : le zona habituel ou intercostal, le zona ophtalmique et le zona otitique .

Le zona intercostal : C’est la forme la plus fréquemment trouvée chez les personnes atteintes de zona. Dans cette forme de zona les éruptions sont précédées de douleur sur la future zone du corps sur laquelle elles vont apparaître. Les lésions apparaissent par poussée successive mais limitées aux endroits sensitifs touchés .

Le zona ophtalmique : Ce type de zona fait surface en cas de négligence sur le traitement. Dans ce cas, le zona peut altérer la qualité de la vue en attaquant la cornée. Les éruptions vont d’abord se faire voir sur le front, ensuite sur le pourtour de l’oreille puis atteindra la cornée de manière unilatérale. Des complications peuvent aussi survenir comme le durcissement de la cornée ( kératite ),  une atteinte de l’iris qui peut conduire au glaucome ( l’uvéite ), une névrite occulaire ou une surinfection optique  .

Le zona otitique : Dans ce type de zona, il y a risque de paralysie faciale suite à l’affectation du nerf facial. La douleur commence au niveau d’une oreille,  une éruption apparaît au niveau du conduit auditif externe dans la zone Ramsey- Hunt ( zone sensitive du nerf facial ) provoquant des perceptions de sons irréels ( acouphènes) et une baisse de l’audition. La paralysie faciale survient soit sur le champs ou peu après l’apparition de l’éruption auriculaire .

Le zona est -il contagieux ?

Le virus ne se transmet pas trop facilement. Cependant,  le liquide retrouvé à l’intérieur des rougeurs est très contagieux. Une personne saine qui y touche peut attraper la varicelle. Pour pénétrer dans l’organisme, les virus entrent en contact avec les muqueuses. En absence de traitement, le virus du zona dure trois ( 3) semaines dépendamment de la personne. En cas de traitement, chez certaines personnes  les lésions n’apparaissent qu’une fois. Chez d’autres, le virus peut se réactiver à plusieurs reprises. Les douleurs persistent même après la disparition des éruptions cutanées .

Complications

Beaucoup de complications peuvent survenir suite à un Zona. Par exemple :
Chez les femmes enceintes les conséquences peuvent s’avérer catastrophiques. Donc elles doivent être prudentes, car l’infection du zona peut être nocif pour le fœtus .

Sur une étude menée sur un échantillon de la population islandaise âgée entre 60 et 70 ans, on a pu remarquer que plus de 18% d’entre eux souffrent de douleur post-zostérienne plus de 3 ans après une crise de zona. La fréquence du zona et les risques de névralgie post-zostérienne augmentent avec l’âge. Au delà de 45 ans les risques sont majeurs .

D’autres types de complications peuvent faire surface après un zona. Comme des problèmes oculaires pouvant aller jusqu’à la cécité, une paralysie du visage, un méningite non -bactérienne, une encéphalite pour ne citer que cela .

Traitements et prévention

En Haïti, on a le vaccin contre la varicelle pour les nourrissons, qui devient faible à un certain âge. Il n’existe aucune cellule scientifique travaillant sur ce problème. Cependant en Europe, il existe plusieurs catégories de vaccins disponibles pour adultes. On peut citer le zostavox,  le shringrix préparé par le laboratoire Glaxo Smith Kline vaccines et le Gsk vaccines conçu spécialement pour les personnes immuno -dépressives .

Pour les personnes atteintes de Sida ou ayant une greffe de la moëlle, l’aciclovir et le valaciclovir sont souvent préscrits comme prévention ou comme traitement .

Toutefois le patient ou la patiente est tenu(e) de consulter son médecin pour les diagnostics et d’aller voir son pharmacien pour la phase thérapeutique.