Haiti : La seule façon de s’en sortir, ce sont les élections et un nouveau gouvernement”, a déclaré Brian A. Nichols, le secrétaire d’État adjoint aux affaires de l’hémisphère occidental

113

Aider Haïti à créer les conditions nécessaires à la tenue d’élections et apporter des améliorations à ses forces de police assiégées restent des priorités essentielles pour la communauté internationale, a déclaré jeudi un haut responsable du département d’État à l’issue d’une réunion de haut niveau sur la nation des Caraïbes en proie à la crise. “Le monde est un endroit occupé, et nous sommes confrontés à une série de problèmes allant de l’invasion de l’Ukraine par la Russie à la crise migratoire dans le monde, en passant par l’inflation et la dislocation économique”, a déclaré Brian A. Nichols, le secrétaire d’État adjoint aux affaires de l’hémisphère occidental. “Mais le fait que nous ayons pu réunir des dizaines de pays et d’organisations pour nous concentrer à nouveau sur Haïti pour la troisième fois en cinq mois, témoigne du fait que nous n’allons pas laisser cette question en suspens. Nous sommes engagés, et nous allons aller de l’avant”. Neuf mois après l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse, les politiciens et les dirigeants civiques d’Haïti restent à couteaux tirés face à l’aggravation de la crise politique, tandis que la population est de plus en plus frustrée par la violence liée aux gangs et aux enlèvements, et par une économie en chute libre.

Cependant, malgré les appels lancés aux Haïtiens pour qu’ils se rassemblent, les pourparlers ont échoué. Le mois dernier, des manifestants sont descendus dans la rue pour demander la démission du Premier ministre Ariel Henry. “La seule façon de s’en sortir, ce sont les élections et un nouveau gouvernement”, a déclaré Nichols dans une interview au Miami Herald. “Nous avons besoin que le peuple haïtien choisisse démocratiquement ses dirigeants”.

M. Nichols a déclaré que les partenaires étrangers continuent d’insister sur la nécessité pour les différents dirigeants du pays de se réunir afin de trouver un moyen de sortir de la spirale descendante. “Les négociations ne déboucheront pas sur un gouvernement entièrement nouveau, mais sur une voie menant à des élections et à la restauration de la démocratie”, a-t-il déclaré. “Nous ne pouvons pas avoir des gens qui se contentent de se partager le gâteau d’une manière différente”. La réunion de jeudi a rassemblé une liste croissante de partenaires internationaux et de gouvernements étrangers, après des réunions similaires organisées par les États-Unis et le Canada. Au total, 27 équipes ont participé, et une quatrième réunion des partenaires internationaux d’Haïti est prévue en juillet. La discussion s’est ouverte avec le ministre haïtien des Affaires étrangères, Jean Victor Géneus, qui a dressé un ” bilan sévère ” de la situation en Haïti, où la population est encore sous le choc de l’assassinat non élucidé de Moïse, et où l’augmentation rampante des enlèvements et de la criminalité liés aux gangs, ainsi que la hausse des prix de la nourriture et du carburant, poussent certains à partir en risquant leur vie en haute mer. Depuis décembre, M. Nichols a indiqué que les partenaires et les organisations internationales ont pris des engagements supplémentaires de plus de 140 millions de dollars, notamment pour la formation des garde-côtes haïtiens et de la police nationale d’Haïti, qui a reçu 60 nouveaux véhicules du gouvernement américain ainsi que d’autres équipements. D’autres engagements ont également été pris en matière de santé, de croissance économique et de préparation aux catastrophes.