“Il m’est difficile d’imaginer avoir des élections réussies cette année en Haïti” dixit L’ancienne Amb des USA en Haïti Pamela White qui a révoqué et débouté l’ancien PM Laurent Lamothe

125

Bonjour, je m’appelle Pamela A. White, ancienne ambassadrice des États-Unis en Haïti de 2012 à 2015.  J’ai d’abord servi en Haïti de 1985 à 1990, ma première en tant qu’officier du service extérieur.  J’ai été témoin du retrait de Baby Doc et du spectacle d’horreur qui a suivi pendant des années après son départ.La majeure partie de ma carrière a été au service de l’USAID – de 1978 (d’abord en tant qu’entrepreneur) à 2008, date à laquelle je suis devenu ambassadeur en Gambie.  C’est trente ans d’expérience dans le développement, notamment en tant que directeur de mission de l’USAID au Mali, en Tanzanie et au Libéria.Bien que je n’ai pas vécu en Haïti depuis 2015, j’ai de nombreux amis haïtiens avec lesquels je suis en contact et suis de près la scène politique.  Cela ne fait pas de moi le principal expert américain sur Haïti.  Je crois que mes années de travail en Haïti et ma longue carrière à l’USAID me donnent des idées qui pourraient être d’une certaine valeur.  Ce sont mes opinions et seulement mes opinions.Comme vous le savez tous, la situation en Haïti est extrêmement instable.  Chaque jour, des rapports font état de décapitations, de viols et de meurtres.  Les enlèvements sont à un niveau record.  La situation des droits de l’homme est déplorable.  Quatre millions d’Haïtiens souffrent d’insécurité alimentaire.  La moitié vit avec moins de 2,40 $ par jour.  Il y a un système judiciaire faible, une presse menacée et aucun parlement.  Bref, Haïti est une fois de plus, un gâchis.


 Dans ce contexte, j’aborderai deux questions qui me tiennent à cœur: les élections et l’aide (en général).D’abord les élections.  Il m’est difficile d’imaginer avoir des élections réussies cette année en Haïti.  Mettre de côté pour le moment (car je ne connais vraiment pas la réponse) si le président Moise aurait dû partir le 7 février 2021 ou devrait partir l’année prochaine – je ne crois pas que toutes les institutions nécessaires soient actuellement en place pour assurer un bon déroulement  transition.  FYI – Le Gouvernement américain, l’OEA et l’ONU ont tous déclaré que le mandat de Moise se terminait en 2022. Plusieurs constitutionnalistes haïtiens ainsi que les cliniques des facultés de droit de Harvard, Yale et NYU sont en désaccord.Le CEP qui a été nommé l’année dernière n’a pas de représentants d’organisations qui ont longtemps été considérées comme des exigences – comme l’église et les dirigeants de l’opposition.  Le dernier CEP a démissionné en masse en refusant de servir sous le président Moise.  La Cour suprême a refusé de prêter serment aux membres actuels.  Je ne pense pas que le CEP actuel puisse être considéré comme légitime.  Cela peut être rapidement corrigé si les parties se présentent à la table.


 On m’a dit que 2,8 millions d’électeurs ont été enregistrés, mais seulement 1,7 million de cartes ont été délivrées aux électeurs.  Plus de six millions d’électeurs ont été enregistrés en 2016. Le gouvernement actuel affirme avoir la capacité d’inscrire deux millions d’électeurs par mois, mais ils sont actuellement loin d’atteindre cet objectif.  Un audit neutre et impartial doit avoir lieu hier.  La décision de la branche exécutive de supprimer l’ancienne banque de données d’enregistrement très respectée était une erreur.


 Et il y a le problème de l’argent.  Les dernières élections ont coûté plus de 150 millions de dollars.  Je me demande quel soutien international il y aura pour des élections si viciées.  Je ne vois pas l’USG donner 33 millions de dollars comme en 2016 compte tenu de l’ambiance chaotique actuelle.  La communauté internationale devra tracer des lignes fermes dans le sable qui tiendront les dirigeants haïtiens responsables à la fois d’une transition en douceur et d’une sécurité considérablement améliorée.  Si les lignes sont franchies, l’argent s’arrête.

 Helen La Lime, représentante spéciale de l’ONU, a déclaré dans son dernier rapport (février 2021) que «par-dessus tout, un consensus minimal entre les parties prenantes politiques concernées contribuerait grandement à créer un environnement propice à la tenue d’un référendum constitutionnel et des élections ultérieures».
 Bien que je pense que toute la question d’un référendum pour changer la constitution soit extrêmement douteuse, je suis entièrement d’accord avec le reste de sa déclaration.  Si nous n’obtenons pas un consensus «minimal» parmi les acteurs concernés, Haïti ne pourra pas organiser d’élections crédibles.


 Alors, quelques suggestions rapides.  Si le président Moise ne démissionne pas, il devrait se retirer ou HAUT.  Il DOIT être complètement transparent et honnête.  Il doit amener les acteurs pertinents à la table.  Un Haïtien respecté (ne provenant ni du secteur privé ni du secteur politique) devrait être nommé Premier ministre.  Il ou elle devrait immédiatement dissoudre le CEP actuel et convoquer un sommet quelconque avec tous les acteurs politiques concernés pour établir un CEP légal.  J’espère que l’ONU et le Gouvernement américain contribueront tous deux à financer un tel sommet et s’engageront à agir en tant que médiateurs si on le leur demandait.  L’ONI (inscription des électeurs) a également besoin d’une aide immédiate.  J’ai essayé plusieurs fois en ligne d’établir combien d’Haïtiens étaient déjà inscrits mais je n’ai pas pu trouver de numéro fiable, mais ils ont encore un long chemin à parcourir.


 L’équipe du nouveau Premier Ministre devra également élaborer un plan de sécurité.  Si le président Moise reste au pouvoir, son travail sera de maintenir la paix.  Arrêtez les coups brutaux et la violence des gangs.  Commencez à agir comme un homme d’État chevronné.


 Permettez-moi d’aborder rapidement le sujet de l’aide étrangère.  Je crois que les Haïtiens ont désespérément besoin d’une aide humanitaire telle que de la nourriture et des soins de santé de base.  L’USAID peut livrer les deux même dans les pires conditions politiques et devrait continuer à le faire.  Le PAM devrait également poursuivre son travail remarquable.  Je n’ai pas d’aperçu du portefeuille de l’USAID et je ne peux donc pas faire de commentaire, sauf pour dire que les activités de développement normales sont presque impossibles à mettre en œuvre dans des environnements instables.
 ET un dernier commentaire.  La «conditionnalité» de l’aide est devenue un gros mot dans les années 2000 et de nombreux pays l’ont complètement retiré de toute réflexion stratégique.  Personnellement, j’ai toujours pensé que la conditionnalité de l’aide était bonne.  Si le pays X veut un financement de l’USG, je pense que les contribuables de l’USG peuvent s’attendre à un certain retour sur investissement.  Dans cet exemple, je ne pourrais pas donner un sou aux élections jusqu’à ce qu’un nouveau CEP soit établi et qu’un plan de sécurité soit en place.
 Des élections libres et régulières sont des pièces importantes dans le puzzle complexe de toute démocratie.  Mais la tenue d’élections ne transformera pas Haïti – elle ne l’a jamais fait et ne le fera jamais.