Les élections, outils de la démocratie : Ariel Henry restera en poste jusqu’aux nouvelles élections.

44

Le Premier ministre haïtien Ariel Henry s’est défendu contre ceux qui affirment que son mandat prend fin le mois prochain et qu’il devrait laisser la place à un gouvernement de transition, alors que la recherche de réponses sur l’assassinat du président Jovenel Moise le 7 juillet se poursuit.

Dans un tweet vendredi, Henry a déclaré que son mandat ne prend pas fin le 7 février, comme le soutiennent certains partis politiques locaux, et que son administration organisera des “élections libres et démocratiques” à une date indéterminée. “Le prochain locataire du Palais national sera un président librement élu par l’ensemble du peuple haïtien”, a-t-il écrit.

Vendredi, le secrétaire d’État adjoint américain aux affaires de l’hémisphère occidental, Brian Nichols, a souligné l’urgence d’organiser des élections, déclarant que plus tôt “les Haïtiens pourront se rendre aux urnes et choisir un nouveau gouvernement démocratique, mieux ce sera pour le peuple haïtien.”

M. Henry dirige le pays depuis que M. Moise a été assassiné par un groupe de tueurs à gages il y a six mois, et certains prétendent que son mandat présidentiel prend fin le 7 février, date à laquelle M. Moise devait se retirer. Parmi ceux qui avancent cet argument figure un groupe de politiciens haïtiens qui se sont réunis en Louisiane le week-end dernier et ont nommé un premier ministre et un président intérimaires qui, selon eux, devraient prendre leurs fonctions et organiser le vote.

“Il doit y avoir une sécurité adéquate pour que les candidats puissent faire campagne, pour que les partis puissent organiser des rassemblements, pour que le conseil électoral provisoire puisse remplir ses fonctions et pour que les électeurs puissent aller voter en toute sécurité”, a déclaré M. Nichols lors d’une conférence téléphonique après une réunion virtuelle avec des responsables du Canada et d’Haïti.