Les précédents présidents haïtiens ont également favorisé la violence et la corruption. Mais sous Jovenel. Moïse, la situation a empiré

40

Les opposants à Jovenel Moïse, président d’Haïti depuis 2017, souhaitaient depuis longtemps qu’il quitte ses fonctions. C’est maintenant chose faite – mais pas de la manière dont ils s’y attendaient. Un groupe d’assaillants inconnus a abattu M. Moïse dans la chambre à coucher de sa résidence privée située dans une communauté fermée à la périphérie de Port-au-Prince, la capitale, aux premières heures du 7 juillet. Ils ont également blessé sa femme. Claude Joseph, que le président avait nommé Premier ministre par intérim en avril, a annoncé l’assassinat dans un communiqué et a déclaré qu’il avait pris en charge le pays des Caraïbes. Haïti était déjà dans la tourmente, en grande partie à cause du règne de M. Moïse. Son meurtre a jeté de l’huile sur le feu.

Le matin suivant le meurtre, les rues de Port-au-Prince étaient inhabituellement calmes, sans le vrombissement habituel des motos et l’agitation des étals de marché, alors que les Haïtiens tentaient de deviner ce qui allait se passer. L’aéroport de la ville était fermé, tout comme la frontière terrestre avec la République dominicaine.

L’assassinat a choqué un pays qui, malgré toute son histoire de mauvaise gestion et de violence criminelle, n’a pas connu d’assassinat de président depuis 1915. Des rumeurs circulent sur les auteurs de l’assassinat. Dans la soirée du 7 juillet, le chef de la police a annoncé que quatre suspects avaient été tués et deux autres arrêtés. Les assassins étaient probablement des mercenaires. La question est : qui les a engagés ? “Il est évident que c’est quelqu’un qui a beaucoup d’argent et beaucoup de pouvoir”, déclare Monique Clesca, ancienne fonctionnaire de l’ONU.

Beaucoup ont pointé du doigt les politiciens de l’opposition ou les élites haïtiennes. D’autres Haïtiens, qui, compte tenu de l’histoire du pays, se méfient de l’ingérence étrangère, soupçonnent que l’attaque est venue de l’extérieur, peut-être du Venezuela ou des États-Unis. M. Joseph a déclaré que certains des attaquants parlaient espagnol (les Haïtiens parlent créole et français). Une autre vidéo suggère qu’ils parlaient anglais et prétendaient être des agents de la Drug Enforcement Administration américaine. Ce n’est certainement pas le cas, mais les chuchotements ajoutent à la situation volatile.

Ce n’était pas la première tentative d’assassinat de M. Moïse – du moins, selon lui. En février, son gouvernement a arrêté au moins 23 personnes, dont un haut magistrat et un officier de police de haut rang, accusées de préparer un assassinat et un coup d’État. M. Moïse, ancien directeur de plantation qui se surnommait lui-même “Banana Man”, ne manquait pas d’ennemis. Ses détracteurs l’ont accusé d’être impliqué dans le pillage de millions de dollars provenant de PetroCaribe, un fonds d’aide du Venezuela. Les opposants ont déclaré que son mandat avait pris fin en février, cinq ans après le départ de son prédécesseur. Il a affirmé que son mandat a commencé lorsqu’il a pris le pouvoir, un an plus tard – une position soutenue par les États-Unis, bien que l’administration de Joe Biden ait demandé instamment de nouvelles élections cette année. Des protestations ont régulièrement éclaté contre son règne.

À mesure que la crise politique s’est aggravée, M. Moïse est devenu plus autoritaire. Depuis janvier 2020, date à laquelle il a démis de leurs fonctions tous les sénateurs, à l’exception de dix, du corps législatif bicaméral, le président gouverne par décret. Il a utilisé ses pouvoirs pour créer une agence de renseignement et a élargi la définition du terrorisme pour y inclure les actes de dissidence. Les manifestants ont été attaqués par des gangsters. M. Moïse a nié leur avoir demandé d’intimider et de tuer ses opposants.

Les précédents présidents haïtiens ont également favorisé la violence et la corruption. Mais sous M. Moïse, la situation a empiré. Ses détracteurs l’ont accusé d’utiliser davantage les gangs pour faire ce qu’il veut, tout en ayant beaucoup moins de contrôle sur eux que les présidents précédents. Ces dernières semaines, les combats se sont intensifiés à Port-au-Prince ; rien qu’en juin, des milliers de personnes ont dû fuir leur domicile. Selon certaines estimations, les enlèvements en Haïti ont triplé l’année dernière par rapport à 2019.

Bien que M. Moïse ait été au centre de nombreux mécontentements, sa mort ne risque pas de simplifier les choses. “C’était une personne compliquée et imparfaite, mais les personnes qui en ont fait le point de mire unique de tout ce qui ne va pas dans le système d’Haïti passent à côté des défaillances plus larges de ce système”, déclare Michael Deibert, un expert américain d’Haïti.

M. Joseph a peu de légitimité. M. Moïse avait nommé Ariel Henry, un médecin, comme premier ministre permanent ; il devait prendre ses fonctions le jour de l’assassinat. La constitution ne prévoit pas l’absence d’un président et d’une Assemblée nationale, et le président de la Cour suprême, qui pourrait arbitrer, est mort il y a deux semaines de covid-19. Ce meurtre pourrait également rendre plus difficile l’organisation des élections pour un nouveau président et une nouvelle législature, qui doivent avoir lieu en septembre.

À bien des égards, Haïti ressemble déjà à un État en déliquescence. Des hommes armés terrorisent depuis longtemps sa population. Le mois dernier encore, Jimmy Chérisier, alias Barbecue, ancien policier et chef d’une alliance de gangs, a annoncé une “révolution” contre le statu quo (mais beaucoup pensent qu’il voulait dire l’opposition). La police est plus faible que les gangs, qui peuvent maintenant penser qu’ils ont les coudées franches. Maintenant que l’anarchie a atteint la plus haute fonction du pays, de nombreux Haïtiens craignent le pire.