Selon Jean-Charles Moïse, l’assassinat de Jovenel Moïse est un coup d’Etat classique de Claude Joseph

30

“L’annonce de cet assassinat dans ce contexte où les bande armées contrôlent une majeure partie de la capitale haïtienne, c’est jeter un peu plus le trouble dans ce pays où une majorité de la population vit sous le seuil de pauvreté et peine à survivre”, estime Amélie Baron.

Depuis début juin, des affrontements entre bandes rivales dans l’ouest de Port-au-Prince paralysent toute circulation entre la moitié sud du pays et la capitale haïtienne. Des milliers d’habitants du quartier très pauvre de Martissant, disputé par les gangs, ont été contraints de fuir leur logement et ont dû être accueillis par des proches ou dans des gymnases. Le 30 juin, 15 personnes ont été tuées dans une fusillade en plein Port-au-Prince, dont un journaliste, Diego Charles, et une militante politique d’opposition, Antoinette Duclair.

“Les circonstances sont assez floues sur ce qu’il s’est passé dans la résidence privée du président, qui habite sur les hauteurs de la capitale Port-au-Prince”, explique Amélie Baron, la correspondante de France 24 en Haïti.

Venu du monde des affaires, Jovenel Moïse, 53 ans, avait été élu président en 2016 et avait pris ses fonctions le 7 février 2017. Haïti, pays des Caraïbes et nation la plus pauvre du continent américain, est gangrené par l’insécurité et notamment les enlèvements contre rançon menés par des gangs jouissant d’une quasi-impunité. Une situation qui valait à Jovenel Moïse, accusé d’inaction face à la crise, d’être confronté à une vive défiance d’une bonne partie de la société civile.

“L’annonce de cet assassinat dans ce contexte où les bande armées contrôlent une majeure partie de la capitale haïtienne, c’est jeter un peu plus le trouble dans ce pays où une majorité de la population vit sous le seuil de pauvreté et peine à survivre”, estime Amélie Baron.

Depuis début juin, des affrontements entre bandes rivales dans l’ouest de Port-au-Prince paralysent toute circulation entre la moitié sud du pays et la capitale haïtienne. Des milliers d’habitants du quartier très pauvre de Martissant, disputé par les gangs, ont été contraints de fuir leur logement et ont dû être accueillis par des proches ou dans des gymnases. Le 30 juin, 15 personnes ont été tuées dans une fusillade en plein Port-au-Prince, dont un journaliste, Diego Charles, et une militante politique d’opposition, Antoinette Duclair.

“Un flou total”

Dans ce contexte particulièrement tendu et faisant redouter un basculement vers l’anarchie généralisée, le Conseil de sécurité de l’ONU, les États-Unis et l’Europe appelaient à la tenue d’élections législatives et présidentielle libres et transparentes d’ici à la fin de l’année.

Jovenel Moïse avait annoncé lundi la nomination d’un nouveau Premier ministre, Ariel Henry, avec justement pour mission la tenue d’élections. “C’est un flou total dans lequel est plongé le pays. Il n’y a pas de Premier ministre en fonction. Claude Joseph effectue un intérim”, précise Amélie Baron. “Ariel Henry n’a pas encore pris ses fonctions. Selon la constitution haïtienne, c’est au président de la Cour de cassation d’assurer le pouvoir en cas de vacance de la présidence, mais il est décédé du Covid récemment.”

Gouvernant par décret depuis janvier 2020, sans Parlement, et alors que la durée de son mandat faisait l’objet de contestations, Jovenel Moïse avait également mis en chantier une réforme institutionnelle.  Un référendum constitutionnel initialement prévu en avril, reporté une première fois au 27 juin puis à nouveau en raison de l’épidémie de Covid-19, devait se tenir le 26 septembre. La réforme avait pour but de renforcer les prérogatives de l’exécutif.

Interrogé sur l’antenne de France 24 à l’annonce de cet assassinat, Didier Le Bret, ancien ambassadeur de France en Haïti, a rappelé que Jovenel Moïse rejoint “la liste déjà trop nombreuse” des “chefs d’État et de gouvernement de ce pays depuis l’indépendance qui ont été soit renversés ou assassinés. On renoue avec une histoire qui avait été mise entre parenthèses.”

En 1987, Yves Volel, candidat à la présidence et leader du Rassemblement des démocrates, avait été assassiné devant le quartier général de la police de la capitale. Six ans plus tard, le ministre de la Justice, Guy Malary, avait trouvé la mort après avoir été criblé de balles en se rendant à son bureau.

L’événement menace de déstabiliser un peu plus le pays le plus pauvre des Amériques, déjà confronté à une double crise politique et sécuritaire. Le président d’Haïti, Jovenel Moïse, a été assassiné par un commando dans la nuit du mardi 6 au mercredi 7 juillet, a annoncé le premier ministre sortant, Claude Joseph.

Selon l’ambassadeur haïtien aux Etats-Unis, Bocchit Edmond, le commando était composé de mercenaires « professionnels » s’étant fait passer pour des responsables de l’agence américaine antidrogue. La police a rapporté, mercredi soir, avoir poursuivi les membres présumés du commando aussitôt après l’attaque, et que les forces de l’ordre continuaient de mener dans la soirée une opération dans les hauteurs de la capitale, Port-au-Prince. Quatre « mercenaires » impliqués dans l’assassinat ont été tués et deux autres ont été arrêtés, a précisé le directeur général de la police nationale d’Haïti, Léon Charles, ajoutant : « Trois policiers qui avaient été pris en otage ont été récupérés. »

L’épouse du président, Martine Moïse, blessée dans l’attentat – qui a eu lieu vers 1 heure, heure locale (7 heures, heure française) –, a été évacuée par avion vers Miami mercredi et prise en charge à l’hôpital Jackson Memorial, ont rapporté plusieurs médias américains. « La première dame est hors de danger, elle est soignée en Floride, et selon les informations que nous avons, sa situation est stable », a affirmé mercredi soir Claude Joseph à la télévision.

Selon Jean-Charles Moïse, l’affaire Jovenel Moïse ne doit pas être vue comme un simple assassinat. Il s’agit, dit-il, d’un coup d’Etat contre Jovenel Moïse, ancien président de facto dont le principal bénéficiaire est le premier ministre intérimaire sortant, Claude Joseph…”